MCD


10 years of exclusive contents dedicated to digital arts and electronic musics, written by a team of professional journalists.

All our issues are bilingual (French/English). Quarterly magazine, available in print and pdf format.

Visit our Website : www.digitalmcd.com

Follow us on Facebook : http://www.facebook.com/digitalmcd

Follow us on Twitter : https://twitter.com/MCD_Mag

In English, en français


Locus Sonus

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À l’image du Locus Solus originel, un parc imaginaire inventé par l’écrivain Raymond Roussel, au sein duquel sont présentées des œuvres d’art faisant références aux sciences, à la philosophie, la musicologie et la littérature, le laboratoire Locus Sonus d’Aix-en-Provence expérimente de nouveaux types de diffusions sonores en puisant à de nouvelles sources. La planète devient ainsi un vaste « audio parc », une création vivante, pluridisciplinaire toujours renouvelée, qui révolutionne les pratiques d’écoute et de composition contemporaines.

Locus Sonus est un laboratoire de recherche en art audio, mutualisé sur l’École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence et l’École Nationale Supérieure d’Art de Nice Villa Arson. À l’origine de ce projet, Jérôme Joy et Peter Sinclair, chercheurs, compositeurs et professeurs, entourés d’autres intervenants, « artistes/chercheurs » qui participent à la recherche, ouvrant le dialogue avec de nombreuses disciplines. Depuis environ 3 ans, Locus Sonus a entrepris un long travail autour du concept de « sonification ». Un procédé consistant à produire du son, et donc de la musique, en utilisant des données grâce à Pure Data, logiciel de programmation graphique destiné à la création musicale et multimédia en temps réel, conçu par Miller Puckette, créateur de Max/MSP. Enthousiasmés par ce terrain encore vierge où tout reste à défricher, Jérôme et Peter se sont engagés dans un vaste travail de création, incluant théories et pratique.

Pourriez-vous revenir sur la genèse et la création du laboratoire Locus Sonus ?
Jérôme Joy : Locus Sonus est né de plusieurs volontés et conjonctures. D’une part, de pouvoir en tant qu’artistes et enseignants prendre en charge, en corrélation avec nos missions d’enseignement, un espace d’expérimentation artistique qui puisse questionner ou répondre aux débats actuels. D’autre part, les Écoles d’Art d’Aix-en-Provence et de Nice, en même temps que le Bureau de la Recherche du Ministère de la Culture, ont amorcé le soutien au développement de la recherche en art, c’est-à-dire, d’une recherche basée sur la pratique artistique, en défrichant tout un territoire impliquant le marché de l’art (pour aller vite) et ses applications industrielles. Cela prend en compte l’exploration des pratiques et technologies sonores à l’heure de l’Internet, par exemple. C’est un axe de recherches de Locus Sonus. Ainsi nous souhaitons montrer que ce domaine est à la fois très prégnant dans notre quotidien, et qu’il est des plus prometteur pour devenir un instrument de perception du monde et de fabrication de représentations de celui-ci.

Comment vous êtes vous rencontrés et quelles étaient vos activités avant de participer à l’aventure Locus Sonus ?
Peter Sinclair : Nous avions effectué de nombreux travaux sur le son à l’intérieur de l’espace artistique, Jérôme travaillait également sur Timeline, de l’art audio et de la musique en réseau (NMSAT : Networked Music & SoundArt Timeline, une encyclopédie historique cernant les domaines de la composition, la création musicale et l’écoute en réseau, consultable en ligne sur le site Locus Sonus, NDA), ainsi que sur la notion de son en réseau et ses pratiques. De mon côté, je menais un projet nommé Roadmusic qui est à l’origine des recherches autour de la sonification au sein de Locus Sonus. Cela consistait à créer de la musique à partir d’une automobile équipée d’un ordinateur embarqué et de caméra, plus des logiciels de captation de mouvement. En roulant, l’ordinateur sur lequel tourne Pure Data analyse chaque évènement (bosses, virages, signaux, etc.), il extrait les informations en flux continu et en temps réel pour les transformer en son. Il se crée ainsi une synesthésie entre le voyage et le son. Ces recherches, mis en parallèle avec celles de Jérôme, semblaient deux axes de travaux éminemment complémentaires

propos recueillis par Maxence Grugier

La suite de cet article sur digital MCD http://www.digitalmcd.com/2010/09/04/locus-sonus/


 

En relation

Rendez-vous du Futur / Jérémy Rifkin

L’économiste et essayiste Jeremy Rifkin est l’invité exceptio
by Le Cube

Exposition "Somethiing In The Way" | Atelier de création III

SOMETHING IN THE WAY ATELIERS DE CRÉATION III Exposition : vendredi 1er
by Les Territoires

Appel à projets - Anthropologies numériques 3ème édition

  APPEL À PROJETS ANTHROPOLOGIES NUMÉRIQUES - 3e &ea
by Le Cube

Expositions : UN FUTUR INCERTAIN - Guillaume Adjutor Provost | ART SYSTÈME - Vincent Lafrance

Programmation double Guillaume Adjutor Provost | Vincent Lafrance Du 29 au 27 se
by Les Territoires

Commentaires

Poster un nouveau commentaire

Type the characters you see in this picture. (verify using audio)
Rentrez dans la case les caractères que vous voyez dans l'image ci dessus, avec ou sans majuscule. Si vous ne parvenez pas à lire les caractères, cliquez sur envoyer pour générer une nouvelle chaîne de caractère.