Smart City, Art City

Actualites publié le 04 May 2017 dans Actualités

Les concepts et les avancées autour des Smart Cities s’axent fortement autour des bénéfices pratiques qu’ils soient énergétiques, écologiques, transports… Une des définitions de la smart city est d’ailleurs : “ville qui s’appuie sur les TIC pour obtenir une gestion plus efficiente”. Maintenant, derrière ce concept très prometteur de smart city se trouve la ville, la métropole avec un écosystème complet basé sur la digitalisation de l’information et plus largement sur la créativité digitale. Actuellement, 50% de la population mondiale vit dans les villes. En 2050, ce pourcentage passera à 70% ! D’où l’importance de rendre les villes plus intelligentes.

 

Les smart cities, un concept souvent très utilitaire

Que ce soit lors de la construction, de l’aménagement ou ensuite de l’exploitation, le concept de Smart City englobe les éco-quartiers, les nouveaux moyens de transport, une architecture responsable… Le concept de smart city est souvent très utilitaire, basé sur l’efficacité, la rentabilité ou l’optimisation des ressources. Le bien-être des habitants ou employés, leur accès à un environnement créatif ou artistique est peu mis en avant dans ces projets d’aménagement urbain.

Rendre la ville intelligente et créative

Au delà de simples économies ou de plus d’efficacité, il y a l’idée de rendre la ville plus intelligente. Les réseaux de capteurs avec ou sans fils dans les bâtiments, les espaces publics, les parcs et jardins… rendent tous ces équipements de plus en plus intelligents. Ils sont connectés entre eux. Ils s’adressent de l’information. Quand on aborde aujourd’hui les opportunités du numérique, on parle d’une ville devenant une plateforme, connectée. D’où aussi le terme de smart grid, de réseau intelligent.

La ville, de plus en plus numérisée, peut créer de nouveaux services, proposer plus d’intelligence, devenir plus créative et… plus artistique.

L’art dans la cité, smart city, art city

L’art a de tout temps fait partie intégrante de la ville, depuis l’origine des villes et en accéléré ces derniers siècles. Un phénomène nouveau apparait au début de ce 21ème siècle : la création numérique, l’art numérique, aussi appelé art contemporain numérique ou art technologique.

Cette nouvelle forme d’art démarrée sur les écrans des ordinateurs ne s’y cantonne plus. Par exemple, Digitalarti a produit cette installation monumentale de 9m de haut composée de 200 grosses LED pour la Gare de l’Est, les lumières fluctuant en fonction du trafic voyageur dans la gare.

FLUX installation lumineuse et interactive Smart city art city
FLUX | installation lumineuse et interactive, Stefane Pérraud

 

La ville intelligente produit quantités de données que les créateurs numérique peuvent retravailler, interpréter, mettre en scène et en lumière.

Réinventer les lieux grâce à la création numérique

La ville intelligente se réinvente de multiples façons. La création permet d’amplifier ce phénomène créatif. Et la création numérique peut participer à réinventer des lieux.

Un bon exemple en est le tunnel piéton d’accès au Stade de France à partir de la station de RER Stade de France. Ce tunnel a toujours été glauque et anxiogène au dire de tous les riverains. Digitalarti a produit pour l’agglomération Plaine Commune, en partenariat avec le Stade de France, l’installation Pixel Avenue de l’artiste Fred Sapey-Triomphe, qui met en scène sur plus de 1.000 m2 300 grosses boules de LEDs qui fluctuent en fonction de la présence des piétons sous le tunnel, en fonction du trafic automobile au-dessus et en fonction du niveau sonore.

 

 

Prévue pour les 15 prochaines années, cette installation étonne les passants qui prennent des selfies, s’amusent avec l’interaction et sont enfin rassurés en traversant ce tunnel.

Innover pour attirer entreprises et habitants

Pour Jean Bouinot, membre du laboratoire CRIA (Centre de Recherche sur les Réseaux, l’Industrie et l’Aménagement, EA du CNRS) et de l’Observatoire des collectivités locales, la ville intelligente est aussi « celle qui sait à la fois attirer et retenir des entreprises employant de la main-d’œuvre hautement qualifiée ».

Pour attirer et retenir ces entreprises et leurs salariés, l’offre d’un environnement créatif, ludique et étonnant participe fortement à cet objectif. Les smart cities deviennent des hub créatifs attirant les talents, les artistes, les créateurs… et leur proposant de participer à la vie de leur ville.

Le vivre ensemble et l’ouverture au monde

En plus de participer à devenir des hubs créatifs, l’intégration de la création numérique au sein des smart cities apporte beaucoup plus, au niveau du vivre ensemble et de l’ouverture au monde.

A ce titre, il est particulièrement intéressant d’analyser l’impact du premier festival d’art numérique, Ars Electronica, sur la ville et la région de Linz en Autriche.
Extraits ci-après :

Depuis plus de 30 ans, le festival Ars Electronica œuvre à l’avant-garde de la révolution numérique en explorant les relations entre art, technologie et société. Dans les années 70, Linz est une ville provinciale, industrielle, dont l’économie est basée sur la sidérurgie avec les problèmes associés dont la pollution, le déclin de l’activité et la mauvaise image de la région. Aujourd’hui, la ville attire les talents. Plusieurs sociétés high-tech internationales se sont installées dans la région, également plusieurs entreprises dans les “cleantech”, les technologies vertes. Linz est devenu un exemple de ville à la fois industrielle, propre, écologique, culturelle et internationale.

Ars Electronica Linz - smart city art city
Ars Electronica Linz

Comment mesurer l’influence du festival ? Cette influence est bien sûr difficile à mesurer avec précision mais en combinant de nombreux facteurs convergents, il est possible d’établir un diagnostic fiable sur l’importance de cette influence. Cette influence est très large, elle touche même, au-delà de la culture et de l’économie, au social, au vivre ensemble et à l’ouverture internationale. Ainsi, toute la population est habituée depuis longtemps à des propositions culturelles variées, choquantes parfois, dans l’espace public comme dans les expositions.

Au-delà d’éléments réels mais assez intangibles comme l’ouverture aux autres, il est important de noter des éléments beaucoup plus mesurables comme le nombre de dépôts de brevets. La région de Linz est, en Autriche, la région qui en dépose le plus. De même, des études d’opinion montrent que les habitants de la région ont une vision du futur nettement plus positive que le reste de la population autrichienne.
En conclusion : la smart city doit devenir aussi une art city !

 

Pour nous contacter :

Contactez-nous pour plus d’information ou pour lancer une réflexion ou un projet autour des Smart Cities créatives et artistiques.

À lire également, notre news Data art, data visualisation ainsi que sur Digitalarti Media les articles Data Art, l’art d’un monde d’informations et Algorithmic Art : L’ère de l’automatisation de l’art.

Mots clés: , , , , , , , , , , ,